Connexion

/ News / Actu / En France, les partisans du cannabis médical tentent de faire avancer les choses.

En France, les partisans du cannabis médical tentent de faire avancer les choses.

L’inertie du gouvernement français commence à inquiéter les partisans de la filière française de cannabis thérapeutique. En effet, les autorisations pour sa commercialisation se font attendre car le décret permettant la mise en place d’une expérimentation, pourtant votée en 2019, est constamment reporté.

Nouveau report de l’expérimentation de l’usage du cannabis thérapeutique en France

Nouveau report de l’expérimentation de l’usage du cannabis thérapeutique en France

Où en est-on d’un point de vue légal ?

En octobre 2019, dans le cadre d’une mission d’information parlementaire sur le cannabis, une expérimentation sur l’usage du cannabis médical a été votée à l’Assemblée Nationale. Celle-ci devrait permettre à 3000 patients, souffrant de maladies graves comme certaines formes d’épilepsie, de douleurs neuropathiques ou d’effets secondaires de chimiothérapie, de bénéficier d’un traitement de cannabis médical d’une durée de deux ans. Force est de constater que depuis ce vote, le lancement de l’expérimentation n’a fait qu’être repoussé car le gouvernement n’a toujours pas publié le décret d’application. Dans une tribune publiée récemment, certains médecins et représentants d’associations de patients remettent ainsi en question la volonté du gouvernement de publier ce décret tant attendu.

Un manque de volonté du gouvernement ?

Robin Réda, président de la mission parlementaire, déplore le manque de volonté du gouvernement dans un rapport de mission, tandis que son rapporteur général, Jean-Baptiste Moreau, précise que les patients ne supportent plus de devoir attendre plus longtemps.
Les députés de la mission ont également évoqué le discours contreproductif de Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur, qui sème la confusion dans le débat en mélangeant les différents usages du cannabis : thérapeutique et récréatif.

Un autre problème est soulevé par les acteurs principaux de cette expérimentation : le manque total de financement de l’État ! À l’heure actuelle, si l’expérimentation a bien lieu, cette absence de financement place la France dans une situation délicate de dépendance à des filières privées étrangères pour l’obtention des produits. Cette expérimentation mobilisera pourtant plusieurs milliers de professionnels de santé volontaires sur le territoire français.

Les agriculteurs français prêts au changement !

Selon le rapport de la mission, ce sont près de 700000 patients qui pourraient recourir à l’usage du cannabis médical. Il s’agit d’un marché prometteur que les députés ne veulent pas voir partir dans les mains de filières étrangères, alors même que de nombreux agriculteurs français sont déjà prêts à produire du cannabis médical. Pour cela, il serait nécessaire de modifier la loi qui, à ce jour, interdit de cultiver des plants de cannabis contenant plus de 0,2% de THC (molécule illégale) et d’en récolter les fleurs.
Certains agriculteurs se préparent d’ores et déjà à la commercialisation du cannabis médical et cultivent du chanvre industriel dont le taux de THC ne dépasse donc pas les 0,2%. Ces derniers ont bien compris que ce marché, en plus d’être un complément de revenus pour eux, serait également un soulagement pour de nombreux malades fatigués d’attendre. Aujourd’hui, les produits à base de CBD et de chanvre vendus en France proviennent de l’étranger et cela ne changera pas si les agriculteurs n’obtiennent pas le droit de transformer et commercialiser le chanvre qu’ils produisent.

Alors que le décret est encore une fois repoussé, certains agriculteurs sont déjà prêts pour le changement et d’autres précurseurs ont également ouvert leurs boutiques de produits à base de CBD. Le décalage d’intention entre le gouvernement et les acteurs d’une filière de cannabis thérapeutique française est net.

2 novembre 2020|Actu|